LE FILM DU MOIS DE SEPTEMBRE - LA VOIX D’AIDA

Film bosniaque de Jasmila Žbanic
(2021 - 1h44min - VOST)
avec Jasna Djuricic, Johan Heldenbergh, Boris Isakovic...

Srebrenica, Bosnie, 11 Juillet 1995. Modeste professeure d’anglais, Aida vient d’être réquisitionnée comme interprète auprès des Casques Bleus, stationnés aux abords de la ville. Le camp de l’ONU est débordé : les habitants viennent y chercher refuge par milliers, terrorisés par l’arrivée imminente de l’armée serbe. Elle a beau n’être qu’une simple civile, de facto Aida siège pourtant vite à la table de négociations secrètes.

Chargée de traduire les consignes et rassurer la foule, Aïda est bientôt gagnée par la certitude que le pire est inévitable. Elle décide alors de tout tenter pour sauver son mari et ses deux fils, coincés derrière les grilles du camp.

Après son très beau Sarajevo, mon Amour (Ours d’Or à Berlin en 2005), la réalisatrice Jasmila Žbanic s’inspire de faits réels pour nous livrer un récit brillamment écrit. Au lieu de se contenter d’un biopic historique, le film préfère centrer son récit sur un personnage en particulier, qui évolue dans ce contexte historique si spécifique.

Cette approche est particulièrement intelligente puisqu’elle permet en outre une meilleure identification et donc implication de la part du spectateur, de par l’absence de dilution du sujet, ainsi qu’un maintien de la tension narrative et des enjeux pour toutes celles et ceux déjà au courant du dénouement global des évènements. Et quelle tension ! Le film est mené à tambour battant, comme le plus captivant des thrillers. Du début à la fin, rien n’est épargné au spectateur et les moments de répits sont rares et précieux.

La narration et le storytelling sont parfaitement maîtrisés, le tout soutenu par un rythme presque millimétré qui nous plonge sans concession dans le chaos global de la situation militaire, sans jamais toutefois que cela ne devienne trop confus ou ne perde le spectateur. Celui-ci restera ainsi collé au fond de son siège en se demandant, au fil de ses tentatives successives, si Aida réussira à sauver les siens et de quelle manière.

Jasna Đuricic, palpitante dans le rôle d’Aida, tient le film sur ses épaules avec une force remarquable. Toute la tension du film apparaît sur son seul visage, plus tourmenté à chaque minute qui passe. Elle livre ici une performance hors du commun, et transcende son personnage avec brio. Forte et déterminée, Aida est un symbole de résistance, une voix qui s’élève contre la violence. Sublime !


LE FILM DU MOIS DE SEPTEMBRE - LA VOIX D'AIDA Fermer