LE FILM DU MOIS DE JUILLET

“KUESSIPAN”
Film canadien de Myriam Verreault
(2021 - 1h57min - Version Québécoise avec sous titrage FR - dcp)
avec Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire, Étienne Galloy......

Deux petites filles se jurent amitié toute leur vie. Elles ont les mêmes jeux , les mêmes rêves, elles vivent dans une réserve Innue, communauté autochtone qui peuplait déjà la péninsule du Québec-Labrador bien avant que Jacques Cartier y pose les pieds. Mais Mikuhan et Shaniss ne partent pas avec les mêmes chances dans la vie. L’une peut compter sur une famille soudée et aimante, quand la vie quotidienne de l’autre est bien plus chaotique. On les retrouve ainsi quelques années plus tard, à l’aube de leurs 17 ans.

Le lien qui les unit, bien que toujours présent, tend à se détériorer tant leurs vies ont pris des tournures différentes : Shaniss a arrêté l’école, elle est devenue maman, elle vit avec le père de son enfant, un jeune homme impulsif qui cède facilement à la violence, alors que Mikuan envisage de quitter sa communauté pour partir poursuivre ses études à Québec. Elle participe à un atelier d’écriture dans lequel elle parle de la réserve innue et tombe amoureuse de Francis, un garçon blanc parfaitement étranger à la communauté et à sa culture si différente de celle des occidentaux. Les grands espaces, la vie, l’amour, le choc des cultures, Kuessipan devrait, comme nous, vous toucher en plein coeur !

En adaptant le recueil de prose Kuessipan de Naomie Fontaine, une jeune romancière innue de 23 ans, la réalisatrice québécoise Myriam Verreault a su déceler le potentiel cinématographique d’une œuvre poétique poignante sur les splendeurs et les misères de la communauté innue.

Avec Kuessipan, Myrriam Verreault a souhaité faire connaître, par le cinéma mais sans passer par la case documentaire, le mode de vie de ces communautés dans le Canada actuel : la mémoire des anciens, les goûts, les espoirs et les frustrations des jeunes générations, la façon dont les membres de la communauté pensent être perçus par les autres canadiens et comment eux-mêmes perçoivent leurs compatriotes.

Loin du misérabilisme, Kuessipan témoigne d’un profond attachement pour les racines amérindiennes, et dresse le portrait d’une culture complexe, tiraillée entre la tradition et l’angoisse de disparaître. Une plongée authentique, émouvante et parfois très drôle dans une culture méconnue.


LE FILM DU MOIS DE JUILLET Fermer